Bushka

Le Cannabis apporte une amélioration subjective

des symptômes moteurs dans la maladie de Parkinson

 

Bushka Bryndova, 1.09.2005

http://www.chanvre-info.ch/info/fr/Le-Cannabis-apporte-une.html

Suivant les résultats de la recherche sur l’utilisation du cannabis dans le traitement des patients souffrant de la maladie de Parkinson menée en République Tchèque, son utilisation prolongée soulage les symptômes de cette maladie.

Les données de cette recherche ont été publiées dans le magazine Movement Disorders en 2004, Vol. 19, No. 9, pp. 1102-1106.

L’équipe de chercheurs du Dr Evzen Ruzicka, de l’Université de Charles à Prague, a questionné 339 patients souffrant de la maladie de Parkinson enregistrés dans le Centre praguois des désordres moteurs. Un quart des répondants a déclaré utiliser le cannabis en tant que médecine et environ la moitié a rapporté que le cannabis avait soulagé leurs symptômes.

Les patients ont le plus souvent répondu que le cannabis a amélioré leur bradykinésie (extrême ralentissement de la motion et de réflexes) aussi bien que la rigidité des muscles et les tremblements. De plus, les patients qui ont rapporté l’utilisation du cannabis pendant au moins trois mois « ont plus fréquemment rapporté un soulagement significatif des symptômes de la maladie de Parkinson en général » que ceux utilisant le cannabis pendant une période de plus courte durée. Seuls 4 patients (4,7%) ont rapporté que le cannabis avait empiré leurs symptômes.

« Il serait utile de noter l’action rétardée du cannabis », disent les auteurs. « Parce que les patients ont rapporté que l’amélioration était survenue approximativement deux mois après la première prise de cannabis, il serait très invraisemblable que l’on puisse attribuer cela à un effet placebo. » L’étude a été réalisée à l’aide de questionnaires anonymes.

« Même si on prend en compte l’effet placebo possible et d’autres facteurs… il semblerait que divers cannabinoïdes ou d’autres composants qui font réagir le système des cannabinoïdes endogènes pourrait être utiles dans le traitement des symptômes de la maladie de Parkinson… et que cette question vaut bien une recherche approfondie, » ont conclu les auteurs.

Aucun patient n’a rapporté avoir utilisé le cannabis à des fins récréatives. Aucun d’eux n’a été conseillé par un médecin pour utiliser le cannabis et tous les patients ont continué à prendre les médicaments recommandés par leurs neurologues.

Etant donné que l’âge moyen des patients questionnés était de 65,7 ans et qu’ils n’ont jamais eu d’expérience avec l’usage récréatif du cannabis, il pourrait sembler bizarre qu’il aient eu l’idée d’utiliser cette thérapie. En fait, ces dernières années les média tchèques y compris la télé commerciale la plus populaire ont publié un grand nombre d’informations sur les effets thérapeutiques du cannabis dans le cas de la maladie de Parkinson et de la sclérose en plaques.

Un patient âgé souffrant de la maladie de Parkinson, M. Ponikelsky (patient du Dr Ruzicka), a courageusement affronté les caméras de la télé et a publiquement admis cultiver et utiliser le cannabis pour traiter sa maladie, bien que même pour l’utilisation médicinale du cannabis il risquait une peine de quelques années de prison. Son exemple a inspiré beaucoup d’autres patients souffrant de cette maladie et explique le nombre relativement élevé d’utilisateurs de cannabis dans la recherche ci-dessus. Le brave M. Ponikelsky est devenu une personnalité connue dans les médias tchèques et sa recette de poudre de cannabis utilisée pour sa thérapie a été publiée dans plusieurs magazines populaires.

Poudre de cannabis dans le traitement de la maladie de Parkinson :

Mettre des feuilles et des fleurs de cannabis écrasées manuellement dans un four électrique préchauffé à 100°C et laisser sécher pendant 10 minutes. Mixer le tout dans un moulin à café électrique jusqu’à obtenir une poudre de consistance fine. La poudre est maintenant prête à être utilisée. Elle doit être conservée dans un récipient de verre avec un couvercle étanche à la température de 15°C, au maximum pendant 3 mois.

La poudre peut être prise pendant les repas ou bien avalée seule avec du liquide. On devrait en prendre une pincée (une pointe de couteau) une fois par jour, le mieux étant le soir. S’il y a des effets psychotropes, il faut diminuer la dose. On devrait poursuivre ce traitement pendant 90 jours au plus sans interruption. Ensuite, il faut arrêter la thérapie pendant au moins deux semaines et surveiller la réaction de l’organisme. S’il n’y a pas eu d’amélioration pendant ces 90 + 14 jours, le traitement avec du cannabis n’est pas approprié pour le patient.

Real time web analytics, Wordpress visitor counter, Wordpress visitor tracking

cbd